2/3- FRANÇAIS - AFRIQUE OCCIDENTALE : un grand marché pour les entreprises espagnoles. Opportunités et risques - SITE UNDER CONSTRUCTION. WILL BE AVAILABLE SOON
HELLO@THETRAVELERSPARROW.COM
+34 620410089

2/3- FRANÇAIS – AFRIQUE OCCIDENTALE : un grand marché pour les entreprises espagnoles. Opportunités et risques

2/3- FRANÇAIS – AFRIQUE OCCIDENTALE : un grand marché pour les entreprises espagnoles. Opportunités et risques

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

 

africa2

ÁFRIQUE OCCIDENTALE: un grand marché pour les entreprises espagnoles.

Opportunités et risques. (Partie 2/3)

foto post 2

Avec plus de 110 millions d´habitants, une monnaie unique et liée à l´euro, une langue commune et une croissance économique ininterrompue ces dernières années et de 7,2% prévue en 2015 selon la BCEAO (Banque Centrale des Etats de l´Afrique de l´Ouest), les pays de l´UEMOA présentent d´innombrables opportunités d´affaires dans des secteurs où l´entreprise espagnole est leader.

Cependant et malgré les nombreux arguments en sa faveur, cette région africaine reste largement inconnue des entreprises espagnoles en général, à l’exception des Canaries qui, grâce à leur proximité géographique, entretiennent des relations commerciales avec elle. En effet, les Canaries peuvent constituer une plate-forme commerciale et logistique intéressante à considérer pour aborder les marchés de l´Afrique de l’Ouest. Ce n´est pas par hasard que c´est là où se trouve le siège de Casa África, un outil de la diplomatie publique et économique de l´Etat qui encourage les relations hispano-africaines afin de renforcer la position internationale et économique de l’Espagne dans le continent noir (www.casafrica.es).

L´Afrique est en train de construire son avenir, littéralement, et les pays de l´UEMOA ne sont pas une exception. Tout reste à faire et les gouvernements des pays membres se sont embarqués dans de grands plans de développement à tous les niveaux. Cela implique d’excellentes opportunités dans des secteurs tels que :

  • infrastructures : routes, ports, aéroports, chemins de fer et télécommunications,
  • énergie : centrales hydroélectriques, barrages, énergies renouvelables, réseau électrique,
  • agriculture et élevage : irrigation, mécanisation et modernisation
  • transformation de matières premières : agroalimentaires et minière
  • construction : résidentielle, commerciale, hôpitaux, écoles, etc.,
  • services : santé, éducation, banque, distribution, gestion des déchets,
  • industries extractives : pétrole et mines (or, diamants, bauxite, uranium, etc.)
  • pêche : extraction et transformation,
  • tourisme : construction, équipement, gestión,
  • gouvernance : maintien de la paix, sécurité et stabilité dans la région.

Parmi les grands plans de développement il convient de souligner le PER II 2012-2016, le Programme Economique Régional de l´UEMOA dont le principal objectif est la réduction de la pauvreté à travers des projets de développement économique qui favorisent et renforcent l´intégration des huit pays membres de l´Union.

La gestion de ce programme en question et de nombreux autres dévoile deux grandes tendances à suivre :

  • L´Afrique s´éloigne de « l´économie assistée » et cherche à moins s´appuyer dans l´aide des ONG et davantage à trouver des partenaires avec qui réaliser les projets d´investissement nécessaires à sa croissance, en encourageant très spécialement les PPP (Partenariats Public Privé).
  • L´Afrique est en train de diversifier activement ses sources de financement et ses partenaires commerciaux. En plus de ses partenaires traditionnels comme le FMI, la BM, la BAfD, l´UE (11ème FED 2014-2020 pour les Pays ACP), EEUU, et la France dans le cas des pays francophones, l´UEMOA est en train d´attirer des fonds et des investissements d´autres régions du monde, avec la Chine en tête. Les entreprises espagnoles devraient profiter de ce climat d´ouverture et de la volonté de diversification des gouvernements pour pénétrer ces marchés.

Sans l´ombre d´un doute l´Afrique est à la hausse et offre de grandes opportunités, mais aussi des risques.

  • L´indice de pauvreté reste très élevé et des problèmes de sécurité persistent. Quatre des pays membres de l´UEMOA font quand-même partie des vingt-cinq pays les plus pauvres du monde selon le FMI et les pays du Sahel souffrent dernièrement les ravages du terrorisme et de l´extrémisme religieux. Cependant, dans l´ensemble, l´instabilité sociopolitique a beaucoup diminué, et la croissance continue du PIB ces dernières années a permis de réduire la pauvreté et de s´approcher au niveau d´autres régions émergentes. Le potentiel de croissance est énorme.
  •  Les pays de l´UEMOA ne sont pas bien classés dans l´indice de la facilité de faire des affaires, mais tous sont engagés dans un fort processus d´amélioration en vue d´attirer de plus en plus d´investissements étrangers. Le rapport Doing Business 2015 de la Banque Mondiale dévoile que quatre des dix pays qui ont le plus progressé dans leur climat d´affaires font partie de l´UEMOA. La tendance est donc positive et encourageante.
  •  En ce qui concerne la corruption, même si les gouvernements et les institutions la rejettent en public, elle est assez tolérée. Il est conseillé de prendre le temps nécessaire pour comprendre la culture du pays et apprendre à distinguer la nature de certaines coutumes qui frisent la corruption, mais qui répondent à « l´obligation » de redistribuer la richesse et d´échanger des faveurs avec les membres de son entourage. La fine ligne rouge est parfois imperceptible. Quoi qu´il en soit, il est déconseillé de prendre des raccourcis ; trouver des partenaires et clients fiables demande du temps et ralentit l´obtention de résultats, mais à la longue cela renforce les affaires.
  •  Enfin, il faut signaler l´énorme poids du secteur informel dans ces économies. L´absence de données officielles rend plus difficile l´analyse et l´évaluation des marchés africains, mais il est conseillé de ne pas exclure ce secteur pour autant. En effet, il ne s´agit pas que de vendeurs ambulants, mais aussi d´entreprises qui ne payent pas d´impôts mais qui sont assez bien structurées et comptent jusqu´à une douzaine d´employés. Comme on le verra plus loin, une des étapes essentielles pour réussir son entrée en Afrique et d´aller sur le terrain prendre le pouls du marché convoité pour comprendre son fonctionnement et avoir accès à l´information et aux opportunités qui ne figurent dans aucune étude générale

Et face à tout cela, quelles sont les clés pour aborder ces marchés ? Bientôt la Partie 3/3!

Accès à ce même post en Espagnol (bientôt en anglais):

http://thetravelersparrow.com/2015/04/15/africa-occidental-un-gran-mercado-para-la-empresa-espanola/

Accès à la partie 1/3 en Français:

http://thetravelersparrow.com/2015/04/08/francais-partie-13-afrique-occidentale-un-grand-marche-pour-les-entreprises-espagnoles-cles-pour-laborder-avec-succes/

Accès à la partie 1/3 en Espagnol:

http://thetravelersparrow.com/2015/04/07/africa-occidental-un-gran-mercado-para-la-empresa-espanola-pautas-para-abordarlo-con-éxito/

Accès à la partie 1/3 en Anglais:

http://thetravelersparrow.com/2015/04/09/english-part-13-west-africa-a-large-market-for-spanish-companies/

 

 

solo traveler

 

facebooktwittergoogle_pluslinkedinrssyoutubemailby feather
facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather
No Comments

Post A Comment